Le point focal des activités climatiques de l'ESA

Le bureau climatique de l'ESA est le point de convergence des activités de l'Agence liées au climat et est basé à l'ECSAT, à Harwell dans l'Oxfordshire, au Royaume-Uni.

Répondre aux besoins en matière de données climatiques

Le Bureau du climat vise à accroître la disponibilité et l'utilisation des données mondiales d'observation de la Terre par satellite pour la prise de décision.

La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) est à la tête des efforts internationaux visant à lutter contre le changement climatique et à limiter la hausse de la température mondiale à un niveau bien inférieur à 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels, comme le prévoit l'accord de Paris.

En réponse aux exigences de la CCNUCC en matière de surveillance systématique du système climatique, l'ESA a lancé en 2008 le programme de recherche de l'Initiative sur le changement climatique (CCI). Grâce à la CCI, nous développons une série d'enregistrements de données mondiales sur les composantes clés du système climatique, connues sous le nom de "Variables climatiques essentielles" (VCE).

Les ensembles de données sur la qualité du climat produits par l'ICC constituent une contribution majeure à la base de données probantes utilisée pour comprendre le changement climatique, ce qui motive l'action internationale.

Les modélisateurs climatiques utilisent les VCE pour étudier les facteurs, les interactions et les rétroactions dues au changement climatique, ainsi que les réservoirs, les téléconnexions, les points de basculement et les flux d'énergie, d'eau et de carbone, et pour prévoir les changements futurs.

Au total, 54 VCE ont été identifiées par le Système mondial d'observation du climat (SMOC). Les informations tirées des données satellitaires peuvent contribuer à plus de la moitié des VCE, et le programme de recherche de l'ICC porte sur 21 d'entre elles.

L'excellence scientifique

Des équipes d'experts scientifiques issus des États membres de l'ESA mènent des recherches pour générer les VCE CCI qui suivent les changements dans les océans, l'atmosphère et les terres. Un nombre croissant d'enregistrements VCE est désormais accessible gratuitement aux utilisateurs via le portail de données ouvert de l'ICC.

La production de ces ensembles de données est un art : des séries chronologiques de plusieurs décennies peuvent être obtenues en fusionnant les données de plusieurs missions satellites, des archives de l'ESA et d'autres agences spatiales. Tous les produits de données de l'ICC ont des incertitudes entièrement caractérisées et sont validés à l'aide de mesures indépendantes, traçables et in-situ.

Le Bureau du climat supervise quatre projets de recherche supplémentaires qui portent sur les systèmes climatiques auxquels plusieurs VCE contribuent, notamment la clôture des budgets mondial et régional du niveau de la mer et du carbone et le soutien aux efforts de modélisation du climat mondial.

Impact

Les projets de l'ICC ont publié plus de 640 documents de recherche évalués par des pairs. Cet ensemble de travaux soutient les déclarations principales du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) dans son 5e rapport d'évaluation et son rapport spécial sur les océans et la cryosphère dans un climat en évolution. Dans le premier cas, 28 auteurs ont contribué directement à l'ICC, avec 15 articles cités 60 fois. Dans le second, plus de 50 articles cités étaient directement liés à l'ICC.

Le Bureau du climat a créé le Groupe d'utilisateurs de la modélisation climatique (CMUG), un forum dédié pour relier la communauté de la modélisation climatique - avec sa perspective du système climatique - aux experts de l'observation de la Terre par satellite, favorisant ainsi la collaboration au sein du programme CCI.

Le Bureau du climat travaille en étroite collaboration avec EUMETSAT et les services climatiques opérationnels, en particulier le service Copernicus sur le changement climatique (C3S), pour assurer la coordination et la complémentarité. Les systèmes de traitement et les algorithmes de 13 des 23 projets ECV développés par le CCI ont été transférés au C3S pour la fourniture de données opérationnelles, et le Bureau du climat de l'ESA a établi un partenariat avec le C3S pour des normes de données communes pour les ECV.

Soutenir les chercheurs

Le programme CCI soutient plus de 450 scientifiques travaillant dans 178 institutions des États membres de l'ESA pour mener à bien la R&D nécessaire aux projets.

Notre programme de bourses postdoctorales soutient les scientifiques en début de carrière dans les États membres de l'ESA pour qu'ils puissent étudier l'évolution du système terrestre, en exploitant pour ce faire les produits de données de l'ICC. Le Climate Office accueille des chercheurs et de jeunes stagiaires diplômés et est également partenaire de l'Oxford Doctoral Training Programme, ainsi que du comité directeur du UK EO Centre for Doctoral Training.

Centre de coordination de l'ESA

Réunissant le monde universitaire et l'industrie, le Bureau du climat de l'ESA est le point de contact des organisations à la recherche d'informations et de données sur le climat mondial, ainsi que de nouvelles opportunités.

Intégré à la Direction des programmes d'observation de la Terre de l'ESA, le Bureau du climat est le centre de promotion et de signalisation des activités liées au climat. En étroite collaboration avec les équipes spécialisées de l'ESA, nous soutenons la préparation des missions satellitaires et des capteurs à venir et, par le biais de nos réseaux nationaux, européens et mondiaux, nous promouvons les opportunités découlant des projets de l'ESA en matière d'atténuation, d'adaptation et de résilience au climat. L'équipe coordonne également les nouvelles méthodologies pour la qualité et l'assurance des données, ainsi que l'intelligence artificielle pour le climat.

Perspectives internationales

Le bureau climatique de l'ESA représente l'Agence lors des réunions internationales sur le climat en tant qu'observateur du GIEC, membre du groupe de travail conjoint CEOS/CGMS sur le climat, du groupe de travail GEO sur le climat et du conseil consultatif des données du PMRC. Nous travaillons en étroite collaboration avec le GCOS dans le cadre du plan de mise en œuvre des VCE. L'équipe a des liens stratégiques forts avec les agences spatiales et un accord de partenariat avec le réseau mondial de recherche Future Earth. Cela soutient le bureau climatique de l'ESA et favorise l'utilisation croissante des données de l'ICC dans les projets de recherche de Future Earth.

Communiquer sur le climat

Le bureau climatique de l'ESA a un rôle important à jouer pour mieux faire comprendre au public la crise climatique et ce que les données d'observation de la Terre révèlent à son sujet. Nous utilisons les sites web et les plateformes de médias sociaux de l'ESA et participons à des événements publics pour promouvoir les résultats des recherches de l'ICC. Dans le cadre de notre projet d'échange de connaissances, nous développons une nouvelle application en ligne pour visualiser les ensembles de données de l'ICC, une boîte à outils en ligne pour l'analyse des données et des ensembles de ressources éducatives pour aider les étudiants et le grand public à accéder à nos ensembles de données et à en apprendre davantage sur le changement climatique.


Équipe

Susanne Mecklenburg, responsable du bureau de l'ESA sur le climat

Susanne est chargée de promouvoir et d'accroître l'utilisation des données d'observation de la Terre par satellite dans la science du climat. Elle se concentre actuellement sur la mise en œuvre du programme de l'initiative de l'ESA sur le changement climatique et sur le développement de futures activités de programme avec le bureau climatique de l'ESA comme point focal pour le climat.

Susanne est la représentante de l'ESA au sein du groupe de travail conjoint CEOS/CGMS sur le climat (WGClimate) - l'organe chargé de répondre à la CCNUCC et au GCOS sur la surveillance du climat depuis l'espace. Elle est également membre du Conseil consultatif sur les données du PMRC.

Elle a une formation en hydrologie et en utilisation du radar au sol pour prévoir les précipitations pour les modèles hydrologiques. Susanne a été précédemment chef de mission pour SMOS, Sentinel 3 et FLEX.

Avant de rejoindre l'ESA, elle a travaillé au Centre d'écologie et d'hydrologie du Royaume-Uni, a dirigé le programme d'observation de la Terre pour le Conseil de recherche sur l'environnement naturel du Royaume-Uni, et a agi en tant que déléguée de l'Agence spatiale britannique auprès de l'ESA pour les questions techniques et scientifiques.

Anna Maria Trofaier, ingénieur en applications d'observation de la Terre (cryosphère)

Anna Maria supervise les projets sur la glace de mer, la neige, les glaciers et l'humidité du sol dans le cadre de l'initiative de l'ESA sur le changement climatique afin d'assurer le respect des exigences techniques. Elle travaille aussi actuellement à l'élaboration d'un cours en ligne ouvert et massif sur la cryosphère.

Elle a une formation en physique et en télédétection, avec un accent sur les régions polaires, et a d'abord rejoint le bureau climatique de l'ESA en tant que chercheur.

Paolo Cipollini, ingénieur en applications d'observation de la Terre (océans)

Paolo soutient les projets océaniques de l'initiative de l'ESA sur le changement climatique, notamment sur les lacs, la couleur de l'océan, l'état de la mer, la salinité et la température de surface de la mer, et travaille avec des scientifiques dans toute l'Europe.

Paolo a rejoint le bureau climatique de l'ESA en 2018 après 22 ans passés au Centre national d'océanographie de Southampton, au Royaume-Uni. Il y a mis à profit sa formation en électronique et en ingénierie des télécommunications pour se concentrer sur la télédétection de l'océan par satellite, en étudiant les processus océaniques à grande échelle et les zones côtières - une nouvelle discipline connue sous le nom d'altimétrie côtière.

Simon Pinnock, ingénieur en applications d'observation de la Terre (atmosphère)

Simon gère les projets Aérosol, Nuage, Groupe d'utilisateurs de modélisateurs climatiques et Vapeur d'eau dans le cadre de l'initiative de l'ESA sur le changement climatique.

Il est titulaire d'un doctorat en astrophysique, et a ensuite travaillé sur le forçage radiatif des gaz à effet de serre à l'université de Reading, au Royaume-Uni. Auparavant, il a travaillé au Centre commun de recherche de la Commission européenne, sur la surveillance par satellite des incendies de forêt. Il a rejoint l'ESA en 2003, où il s'est concentré sur le développement d'ensembles de données à l'échelle mondiale pour les terres, les océans, l'atmosphère et la cryosphère.

Clément Albergel, scientifique des applications climatiques

Clément est un scientifique spécialisé dans les applications climatiques. Il est responsable des projets Lacs, Feu, Humidité du sol et RECCAP-2.

Ses principaux domaines d'expertise sont la modélisation de la surface terrestre, la télédétection de l'humidité du sol et de la végétation ainsi que l'assimilation des données.

Il est titulaire d'un doctorat sur l'assimilation des observations satellitaires dans les modèles de surface terrestre. Avant de rejoindre l'ESA, il a occupé des postes à l'ECMWF, au CNRM/Météo-France en tant que scientifique du Centre national de recherche français (CNRS) pour développer les activités de surface terrestre.

Michael Eisinger, coordinateur des produits de performance et de science

Michael coordonne les équipes qui écrivent le logiciel pour la mission EarthCARE (Earth Cloud Aerosol and Radiation Explorer). Il aide les partenaires industriels et universitaires à travailler ensemble, et soutient les ingénieurs qui travaillent sur les capteurs d'EarthCARE. Il a d'abord rejoint l'ESA pour travailler sur le logiciel de GOME-2 (Global Ozone Monitoring Experiment). Il apporte son soutien au bureau climatique de l'ESA lorsque cela est nécessaire. Il a une formation en physique océanique et atmosphérique, et en instruments de télédétection passive.

Ed Pechorro, Ingénieur des données

Ed joue plusieurs rôles au sein du bureau climatique de l'ESA et les journées ne se ressemblent jamais. Il s'agit notamment d'assurer la liaison avec les climatologues pour comprendre leurs besoins en ressources, de s'occuper des données climatiques - notamment le portail de données ouvert et la boîte à outils CCI - et de travailler en étroite collaboration avec Paul et Sophie sur le partage des informations climatiques avec diverses communautés.

Ed a rejoint le Bureau Climat de l'ESA en 2014, après sept ans en tant que responsable technique des projets sur le changement climatique et l'observation de la Terre chez Logica, et six ans dans l'industrie du jeu vidéo. Il a une formation en informatique.

Sophie Hebden, coordinatrice de la recherche pour l'observation de la Terre

Sophie est détachée au bureau climatique de l'ESA par Future Earth, un réseau mondial de recherche sur la durabilité. Son rôle consiste à assurer la liaison avec les réseaux de recherche de Future Earth pour soutenir la recherche interdisciplinaire. Elle travaille en étroite collaboration avec Ed et Paul pour partager les informations sur le climat avec différentes communautés et comprendre leurs besoins.

Sophie a une formation en physique spatiale et en communication scientifique. Avant de rejoindre le Bureau de l'ESA sur le climat, elle a travaillé au Centre national britannique d'observation de la Terre à l'Université de Leicester, où elle a coordonné la participation du Royaume-Uni aux initiatives intergouvernementales Group on Earth Observations (GEO) et Committee on Earth Observation Satellites (CEOS).

Paul Fisher, responsable de la communication

Paul est chargé de faire connaître au maximum le rôle que jouent les données satellitaires dans l'avancement de notre compréhension du système climatique de la Terre et dans la prévision des changements futurs auprès d'un large éventail de publics, des décideurs politiques aux enseignants et au public.

Il a près de 20 ans d'expérience en relations publiques et en marketing dans le domaine du conseil en environnement et du développement international. Auparavant, il a travaillé pour le Centre for Hydrology & Ecology du Royaume-Uni.

Victoria Ayala, assistante de l'équipe

Avant de rejoindre le bureau de l'ESA pour le climat en 2018, Victoria avait six ans d'expérience dans le domaine de l'AP et 11 ans dans l'administration du bureau, mais elle avait un fort désir de travailler dans l'industrie spatiale.

Victoria est un atout essentiel pour l'équipe, organisant les réunions d'équipe, les voyages, les demandes de restauration, les événements sociaux et les missions. Elle apporte son soutien à Susanne et à la participation de l'équipe aux événements de l'ESA, notamment la réunion annuelle de la colocation de l'ICC et notre Climate Science Advisory Body.