Le défi

Le changement climatique est sans doute le plus grand défi environnemental auquel nous sommes confrontés au XXIe siècle. Les conséquences d'un réchauffement climatique sont de grande envergure, affectant les ressources en eau douce, la production alimentaire mondiale et le niveau des mers. Avec l'aggravation des impacts prévus sur l'environnement naturel et la société pour les générations à venir, le changement climatique figure en bonne place sur les agendas politiques, stratégiques et économiques du monde entier.

La nécessité politique

La Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) dirige les efforts internationaux visant à lutter contre le changement climatique et à limiter le réchauffement de la planète à un niveau bien inférieur à 2 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, comme le prévoit l'accord de Paris. Pour atteindre cet objectif et prendre des décisions sur l'atténuation du changement climatique et l'adaptation à celui-ci, la CCNUCC exige des observations systématiques du système climatique.

Un système d'observation mondial

La coordination internationale systématique des observations météorologiques et climatiques a commencé vers le milieu du XIXe siècle et a fait un grand pas en avant dans les années 1980 avec la prise de conscience que la compréhension et la prévision du climat nécessitaient une meilleure connaissance du système terrestre dans son ensemble - son temps, son climat, ses océans, ses terres, sa géologie, ses ressources naturelles, ses écosystèmes et les changements naturels et induits par l'homme. Sans des observations précises et de haute qualité avec une résolution suffisante dans le temps et l'espace, la science et les services climatiques ne pourraient faire que des progrès limités.

Le Système mondial d'observation du climat (SMOC) a été officiellement créé en 1992 par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), la Commission océanographique intergouvernementale (COI), le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) et le Conseil international pour la science (CIUS). Il s'agit d'un cadre international interdisciplinaire et interinstitutions qui vise à répondre à l'ensemble des besoins nationaux et internationaux en matière d'observation du climat. Pour répondre au besoin d'une observation systématique du climat, le programme GCOS a développé le concept de Variable Climatique Essentielle (VCE).

Les besoins exprimés par les VCE

Un VCE est une variable physique, chimique ou biologique ou un groupe de variables liées qui contribue de manière critique à la caractérisation du climat de la Terre. Les VCE ne sont pas un groupe restreint de variables autonomes. Ils font plutôt partie d'un concept plus large et sont identifiés sur la base des critères suivants :

Les milieux scientifiques et politiques ont largement approuvé le concept de VCE. Les parties à la CCNUCC ont reconnu la nécessité d'agir sur les plans de mise en œuvre. Les lignes directrices pour l'établissement de rapports sur les programmes nationaux contribuant à l'observation du climat mondial sont structurées en fonction des VCE. Dans sa planification de l'observation mondiale pour les applications météorologiques, hydrologiques et climatiques, l'OMM tient compte des VCE et reconnaît les documents d'évaluation et de planification du SMOC comme des déclarations d'orientation.

Les enregistrements de données climatiques (CDR) d'observation associés aux VCE fournissent les preuves empiriques nécessaires pour comprendre et prévoir l'évolution du climat, pour orienter les mesures d'atténuation et d'adaptation, pour évaluer les risques et permettre l'attribution des événements climatiques aux causes sous-jacentes, et pour étayer les services climatiques.

La réponse des agences spatiales

Le SMOC progresse dans la définition systématique des besoins en informations climatiques à l'appui de la CCNUCC, tandis que le Comité sur les satellites d'observation de la Terre (CEOS) et le Groupe de coordination pour les satellites météorologiques (CGMS) - sous la forme du Groupe de travail conjoint CEOS/CGMS sur le climat (WGClimate) - coordonnent la planification de la contribution des satellites pour y répondre.

Les CDR pour les VCE sont généralement dérivés d'une combinaison d'observations par satellite et in situ, les observations par satellite apportant une contribution significative pour une majorité de VCE. Sur les 50 VCE identifiées par le SMOC, plus de la moitié ont une contribution importante des mesures par satellite d'OT, plusieurs d'entre elles étant exclusivement dérivées de mesures par satellite d'OT. Les capacités des satellites d'OT à l'appui des besoins d'information climatique reflètent leurs capacités et avantages uniques.

La réponse de l'ESA

Pour répondre à ce besoin de données climatiques de la CCNUCC et du SMOC, l'Agence spatiale européenne (ESA) a lancé le programme Climate Change Initiative (CCI). L'objectif de la CCI est de réaliser le plein potentiel des archives mondiales d'OT à long terme que l'ESA, avec ses États membres, a établies au cours des 30 dernières années, comme une contribution significative et opportune aux bases de données ECV requises par la CCNUCC. Il garantit que le capital complet est tiré des missions en cours et prévues de l'ESA, y compris les missions ERS, Envisat, les missions Earth Explorer, les archives pertinentes de données de missions tierces gérées par l'ESA et la constellation Sentinel.

Le programme entreprend les activités nécessaires pour atteindre son objectif de soutien à la CCNUCC par le biais des VCE définies par le SMOC. Cela comprend le traitement périodique des ensembles de données d'observation de la Terre en appliquant les algorithmes les plus récents, ainsi que le développement d'algorithmes améliorés pour la production de VCE à partir de sources de données émergentes compatibles avec l'enregistrement à long terme. Télécharger plus de détails sur l'association entre le programme CCI et les VCE du SMOC

Le programme CCI comprend 23 projets parallèles axés sur la production de données VCE, plus un projet utilisateur de modélisation climatique dédié à l'évaluation des produits, un portail fournissant tous les produits sous un même toit, une boîte à outils pour faciliter la combinaison et l'analyse des produits, et un outil de visualisation pour faciliter la diffusion.